WECF Deutschland

WECF France

WECF Nederland

Facebook

Twitter

YouTube

La Commission Européenne entendra-t-elle la demande des parents pour des jouets sans substances toxiques ?

La manifestation « Stop aux mauvais joueurs ! » organisée par WECF mercredi 10 décembre à Paris-Beaubourg et Annemasse a suscité l’intérêt de nombreux parents

11.12.2008 |WECF Press Release




Parents, grands-parents, experts scientifiques et journalistes se pressaient hier autour des stands installés par Women in Europe for a Common Future (WECF) à Paris et Annemasse, afin de savoir si oui ou non les jouets qu’ils achèteront à Noël contiennent des substances dangereuses pour la santé.D’après les tests réalisés hier à Paris par le laboratoire QUAD-LAB, la réponse est OUI : sur 13 jouets testés, 9 contenaient des formaldéhydes et 2 du xylène. Les 2 peluches testées ont révélé également la présence de retardateurs de flammes bromés.

Le professeur Belpomme, fondateur de l’ARTAC, et Anne -Corinne Zimmer, auteure du livre « Polluants chimiques enfants en danger », qui soutenaient hier l’action de WECF  le confirment : le formaldéhyde a été classé cancérogène certain par le CIRC (Centre international de recherche sur le Cancer), mais sera malheureusement encore toléré dans la composition des jouets si la nouvelle directive européenne est adoptée en l’état.


Quant aux retardateurs de flammes bromés, ce sont des substances neurotoxiques et des perturbateurs hormonaux qui persistent indéfiniment dans notre environnement. Pourquoi la nouvelle réglementation sur les jouets ne prend-elle pas même la peine de les considérer ?

WECF demande donc aux parlementaires européens et aux ministres du Conseil de revoir la proposition de Directive présentée par le Commissaire européen Günter Verheugen. Il n’est pas tolérable que cette réglementation continue d’autoriser l’usage de perturbateurs endocriniens, de substances Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR) dans les parties internes du jouet, de parfums allergènes et de substances persistantes et bio-accumulatives.


Les responsables politiques vont-ils enfin se décider à protéger efficacement la santé des enfants, et faire de l’Europe, grâce à une Directive Jouets restrictive, un marché pionnier du jouet, où le consommateur pourra acheter en toute confiance ? WECF lance un appel à tous les parents : il est encore temps d’influencer la décision que les parlementaires et ministres européen auront à prendre : signez en ligne la lettre qui leur est adressée : www.wecf.eu

Les détails de la manifestation organisée hier :

Women in Europe for a Common Future, réseau d’organisations féminines et environnementales d’Europe, avait invité hier les parents à venir s’informer sur la composition des jouets et sur la façon dont la nouvelle directive européenne est censée protéger les enfants. Une lettre adressée aux Parlementaires et Ministres européens, réclamant une législation qui interdise les substances dangereuses dans les jouets, a été signée par une centaine de personnes.

Tests de jouets à Paris :

Le laboratoire QUAD-LAB, qui réalise régulièrement des tests sur les jouets, avait accepté pour l’occasion de réaliser quelques tests immédiats grâce à un équipement technique adapté : une enceinte hermétique, des tubes à lecture directe, un bec benzène. En prélevant l’air de l’enceinte hermétique dans laquelle le jouet était introduit, et en le faisant passer dans un tube à lecture, la coloration du tube indiquait la présence de la molécule chimique recherchée (formaldéhyde, benzène, xylène). Le bec benzène permettait d’approcher une flamme d’un jouet en peluche et une coloration verte de la flamme traduisait la présence de substances ignifuges bromées (PBDE ou TTBP-A). Les phtalates ne pouvaient pas êtres révélés par des tests immédiats, mais il faut soupçonner leur présence dans la plupart des jouets en plastiques mou, car seulement six phatalates sur les douze utilisés couramment par l’industrie ont été interdits dans l’Union Européenne.

Sensibilisation à Annemasse :

Pas de tests à Annemasse, mais une forte mobilisation des parents, qui sont venus nombreux s’informer et manifester leur inquiétude au sujet des jouets dangereux. Ils ont tous signé la lettre adressée au Parlementaires et Ministres européens en faveur d’une législation plus stricte.

M. Christian Dupessey, maire d’Annemasse, sensible à cette action, est venu rencontrer et écouter les parents.

Contacts Presse :

Anne Barre, Director - WECF France

anne.barre@wecf.eu

téléphone: 04 50 49 97 38

portable: 06 12 90 37 21


Natalia Dejean, Coordinatrice projets - WECF France

natalia.dejean@wecf.eu

téléphone: 04 50 49 97 38

portable: 06 74 02 11 76