WECF International

WECF Deutschland

WECF Nederland

Facebook

Twitter

YouTube


Action Test de Jouets à Paris le 16 Novembre

Encore trop de substances préoccupantes pour la santé des enfants!

21.11.2011 |




Résultats des tests du 16 novembre: présence de formaldéhyde et xylène

WECF organisait à Paris mercredi 16 Novembre une action test de jouets afin de sensibiliser parents et décideurs politiques sur la présence dans les jouets de substances très préoccupantes pour la santé des enfants. Les tests réalisés mercredi dernier ont en effet mis en évidence la présence de formaldéhyde – un cancérigène reconnu, et de xylène – un allergisant, dans plusieurs jouets.

Dans les semaines précédentes, WECF avait fait tester 29 autres jouets en laboratoire, et a organisé une action test similaire le 10 Novembre, aux Pays-Bas, révélant la présence de phtalate, de métaux lourds, de retardateurs de flamme bromés et de benzophénone, des perturbateurs endocriniens.


Michèle RIVASI, qui était présente lors de cette action a déclaré :

"La directive de 2009 encadre l’utilisation des mélanges et substances classés cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) dans les jouets, mais sans les interdire complètement. Cela veut dire que les jouets actuellement mis sur le marché dans l’UE sont donc dangereusement mis entre les mains des enfants, sans que l'on puisse trouver la moindre indication sur les composants".

Les jouets, produits emblématiques pour la santé de l’enfant…qui devraient faire l’objet d’un contrôle indépendant !

Les enfants sont en contact avec les jouets jour et nuit dès leur plus jeune âge : ils les serrent contre leur peau, les portent à la bouche et ne s’en séparent que rarement. Les jouets devraient donc faire partie des produits les plus sûrs et les plus contrôlés, afin que soit protégée au mieux la santé des tout-petits, « qui sont beaucoup plus vulnérables que les adultes » comme le rappelle Geneviève Barbier, médecin généraliste et membre du comité d’experts de WECF.

"Les jouets sont des objets de plaisir et ne doivent pas être toxiques- a renchérit Mme Rivasi. Il faut donc qu'un organisme de contrôle et de certification indépendant fasse un travail de vérification avant la mise sur le marché des jeux et des jouets ; on ne peut pas toujours se fier au label CE, qui est donné par les fabricants eux-mêmes".

Corinne LEPAGE, également présente pour soutenir l’action de WECF à Paris, a pour sa part déclaré :

« Sur nombre de substances chimiques, l’expertise officielle est à la traîne de la science indépendante, car elle repose trop souvent sur les données fournies par les industriels eux-mêmes. Il est urgent de renforcer l’indépendance de nos agences d’expertise européennes en mettant fin aux conflits d’intérêt et en assurant une prise en compte sérieuse de la littérature scientifique indépendante et des signaux d’alerte. »

En attendant qu’un label français pour les jouets existe, les jeunes parents pourront trouver des conseils utiles sur le « guide jouets » publié par WECF et téléchargeable sur le site : www.projetnesting.fr.

Champs électromagnétiques (CEM) et jouets : une affaire à suivre

Le 16 novembre, WECF avait également invité plusieurs experts qui ont mesuré les champs électro-magnétiques  émis par certains jouets, comme les consoles de jeux : Catherine Gouhier, membre fondatrice du CRIIREM et Alain Lefranc, bio-électricien, ont ainsi pu montrer la présence de champs allant jusqu’à 3,5 volts/mètre lorsque la fonction WIFI est activée… Une puissance d’émission très forte quand on sait que les enfants jouent souvent avec ces consoles posées sur leurs genoux.

Pour aider les parents à mieux comprendre les impacts des champs électromagnétiques et réduire l’exposition des enfants, WECF présentait mercredi dernier son nouveau guide de poche sur ces polluants physiques.

Une réglementation européenne à améliorer

L’année 2008 a marqué l’adoption de la nouvelle directive européenne sur la sécurité des jouets. Une des particularités concerne les dispositions sur les substances chimiques qui font l’objet d’une période de transition prolongée de 2 ans et ne seront obligatoires qu’en juillet 2013.  A ce jour, les jouets mis sur le marché dans l’UE peuvent donc répondre aux normes de l’ancienne directive. Or la nouvelle directive, si elle propose des avancées, recule aussi sur certains aspects. C’est pourquoi WECF se mobilise depuis 2008 pour exiger une meilleure réglementation.

Nous demandons notamment l’interdiction complète des substances CMR (pas d’exemption), des métaux lourds, des substances allergènes et irritantes et des perturbateurs endocriniens qui ne sont pas mentionnés dans la directive. Mais aussi l’interdiction des nanomatériaux et nanoparticules et enfin, l’alignement de la Directive jouets avec des réglementations existantes plus strictes.

Une situation encore plus grave dans les pays d'Europe de l'Est, du Caucase et d'Asie Centrale

Nos partenaires des pays de l’Est : Macédoine, Russie, Ukraine, Biélorussie nous ont rapporté leur inquiétude par rapport à la situation dans leurs pays: beaucoup de jouets sont importés, et un véritable marché parallèle illégal s’est développé, où les jouets ne sont pas du tout contrôlés. Certains représentent un grave danger pour la santé des enfants : plusieurs cas d'intoxication graves ont été relevés. Les prix des jouets en magasin étant très élevés, les consommateurs préfèrent acheter des jouets à bas prix sur des marchés non contrôlés, qui sont de mauvaise qualité.


Pour obtenir des informations détaillées, vous pouvez contacter :

WECF France

Elisabeth Ruffinengo elisabeth.ruffinengo@wecf.eu  / 04.50.49.97.38

Pour obtenir des photos de l’événement :

Anne Barre anne.barre@wecf.eu  / 04.50.75.15.27