WECF International

WECF Deutschland

WECF Nederland

Facebook

Twitter

YouTube


WECF représente les femmes à Rio

Rio+20: notre dernière chance pour la transiton dont nous avons besoin?

16.06.2012 |




Le changement climatique aggrave les sécheresses, les inondations, et les vulnérabilités existantes. L'écart entre les riches et les pauvres augmente, l'agitation sociale est à la hausse, et les gouvernements sont de moins en moins en mesure de répondre à cette crise économique et environnementale.

"Rio +20 pourrait être notre dernière chance de mobiliser tous les chefs d’Etats en collaboration avec la société civile pour s’entendre sur les mesures juridiquement contraignantes dont nous avons besoin pour assurer la nécessaire transformation de nos modes de production et de consommation - un véritable changement de paradigme, loin de la cupidité et la croissance , vers des sociétés fondées sur le bien vivre en harmonie avec la nature, les droits humains et l'égalité des sexes», explique Sascha Gabizon, directrice exécutive de WECF.

Elle continue: "Nous devons agir de toute urgence, avant que les écosystèmes de notre planète ne soient exploités au-delà du point de non-retour."

WECF (Women en Europe pour un Avenir Commun), avec ses partenaires du Groupe majeur Femmes, coordonne la délégation des femmes participant au 3eme Sommet de la Rio +20 développement durable au Brésil

Messages clés que WECF apporte à Rio +20:    

  • Nous n'avons pas de temps à perdre. Nous avons besoin de voir des accords concrets présentés dans les 10 prochains jours.    
  •  Financer le développement durable à partir de nouveaux fonds publics: les gouvernements doivent se mettre d'accord sur de nouveaux instruments financiers additionnels pour lever des fonds publics, non pas en augmentant les emprunts, mais fondés sur une re-régulation des marchés financiers, un effort mondial visant à fermer les paradis fiscaux off-shore, un accord mondial sur une taxe sur les transactions financières, et la réaffectation d'au moins 1% des budgets annuel de défense  militaire à un fonds mondial pour le développement durable.   
  • L'égalité de droits pour les femmes - maintenant! Les femmes représentent la majorité des populations les plus pauvres – il faut concentrer nos efforts sur les femmes pour éradiquer la pauvreté, donner aux femmes l'égalité de droits! Les gouvernements doivent s’accorder à Rio sur les droits des femmes à la propriété et à l’'héritage. Ils doivent fixer des objectifs concrets pour l’accès des femmes à des postes décisonnaires à travers le monde - 40% d'ici à 2020. Chaque jour, 2000 femmes meurent parce qu'elles n'ont pas accès à la santé ou aux droits sexuels et reproductifs, cela doit être évité grâce à un accord à Rio sur les droits sexuels et reproductifs.    
  • Sortir du nucléaire d'ici 2020 dans le monde entier! Après Fukushima, tout le monde sait que nous ne pouvons plus jouer avec nos vies et notre planète! Le Japon a montré qu'une sortie immédiate du nucléaire est possible: depuis mai 2012, plus aucun réacteur nucléaire ne fonctionne et il n'y a eu aucune coupure de courant! Les gouvernements à Rio +20 devraient s'entendre sur une sortie accélérée de l'énergie nucléaire d'ici à 2020.    
  • Substituer réglementairement les substances chimiques préoccupantes - dès maintenant! Les femmes et leurs enfants sont exposés à des produits chimiques dangereux qui provoquent des dommages irréversibles pour leur santé. Nous ne pouvons pas nous permettre de contaminer les nouvelles générations. Nous devons exiger en priorité la substitution obligatoire des perturbateurs endocriniens comme les pthtalates et le bisphénol-A par des substances chimiques plus sûres ou des alternative non chimiques. Et nous demandons un moratoire sur les nano-technologies dans les produits destinés aux enfants.   
  •  Zéro déchets: vers une économie « cradle to cradle » avant 2030! Les gouvernements doivent se mettre d'accord pour mettre un terme au déversement de déchets toxiques dans les pays en développement. Les entreprises doivent être responsables de l'élimination sécurisée et du recyclage des déchets contenant des substances nocives. Les pays en développement ne sont pas des dépotoirs. Les gouvernements devraient soutenir à Rio l’interdiction mondiale des décharges toxiques d’ici 2030. Il faut promouvoir les produits qui ne contiennent pas de substances dangereuses et qui sont entièrement réutilisables et recyclables.    
  •  Interdire l'amiante chrysotile maintenant et rendre l'industrie redevable de la dépolution en toute sécurité! Chaque année, l’amiantes est responsable de plus de 100.000 morts. Il est de notre devoir moral d'arrêter cette hécatombe! La seule façon de protéger les êtres humains de l'amiante, est d’interdire l'usage de l’amiante immédiatement et d’assurer la réduction et l'élimination des déchets!    
  • Créer un socle mondial de protection sociale pour éradiquer la pauvreté. L'éradication de la pauvreté doit se focaliser sur les femmes et doit être basée sur une approche par les droits humains. Le socle de protection sociale bénéficierait en particulier aux femmes, car il apporterait une couverture à toutes ces femmes qui travaillent dans les secteurs informels et précaires, ou qui sont en charge du travail domestique non rémunéré. Le socle de protection sociale va au-delà du simple "soutien au revenu": il comprend l'accès aux soins de base, à l'éducation et au logement, ainsi que l'accès à l'eau. Le coût de cette protection sociale minimale est faible: 1 à 2% du PIB de chaque pays. Les gouvernements doivent donc s’accorder à Rio pour un socle mondial de protection sociale tel qu'il est proposé par l'OIT.  
  • Protéger les droits des peuples autochtones, protéger les collectivités locales des industries extractives et de l'accaparement des terres. Les peuples autochtones représentent 5% de la population mondiale, mais ils protègent environ 80% de la biodiversité de notre planète. La ruée des pays du Nord sur les ressources naturelles, - les métaux rares et précieux, le pétrole, l'uranium, l’huile de palme, les essences d'arbres particulières, le café - menace quotidiennement les peuples autochtones qui sont expulsés de leurs territoires et à qui on vole les ressources, notamment pour la production de cultures commerciales. Les gouvernements doivent s’entendre pour mettre en oeuvre le processus de consentement libre, préalable et éclairé (FPIC) des peuples autochtones tel que décrit dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA) comme base préalable à tout développement commercial, notamment l’extraction minière. WECF appelle à la création de no-go-zones pour l'exploitation minière et à un moratoire sur les nouveaux sites miniers d'uranium.   
  • S'entendre sur le droit humain à un environnement sain à Rio +20. Les droits humains doivent être la base des objectifs mondiaux de développement de l’après 2015 . Les gouvernements à Rio se prononceront sur un processus pour fixer des objectifs de développement durable, qui seront développés en parallèle aux nouveaux objectifs du Millénaire (OMD).
  • Pour WECF il est impératif de tirer les leçons des limites des OMD. Les nouveaux objectifs mondiaux doivent être fondés sur les droits humains. Depuis sa création, WECF défend le droit humain à un environnement sain et le droit humain à une eau potable et à un assainissement durable pour tous. Nous réitérons notre demande pour que ces droits fondamentaux soient atteints d'ici à 2030.  
En tant que partenaire organisateur du Goupe Majeur Femmes, WECF est responsable de la coordination de toutes les délégations de la société civile représentant les organisations de femmes. WECF est aussi un agent de liaison avec le secrétariat des Nations Unies. WECF et ses partenaires tiendront à Rio des séances d'information quotidiennes pour le „Rio+20 Women’s  Caucus“, dans le pavillon 6, salle 1, entre 15:00 et16:00 heures. WECF assurera une répartition équitable des laissez-passer pour les séances plénières dont l’accès est plus restreint. WECF facilitera également la participation active de ses organisations membres - à la fois dans les discussions de haut niveau des tables rondes et en donnant des interventions lors des séances plénières. C’est ainsi que WECF et ses partenaires s’assureront que la voix des femmes du monde entier sera entendue à Rio.
Manifestations organisées par WECF à Rio, au Sommet officiel des Nations Unies, et au «Sommet des Peuples»: voir calendrier en anglais